Journal de bord de Nemo de Marine

Avril 2022, balade en mer

Pointe à Pitre

Pour nos pérégrinations de la fin de l'année 2021 nous avons navigué autour des îles du nord de la Guadeloupe, Saint Martin et Saint Barthélémy.
En janvier de la nouvelle année nous rentrons à la marina de Pointe à Pitre pour une escale technique. Nous profitons du confort d'une place à quai pour faire des travaux d'entretien et de rénovation. Remplacement des deux panneaux solaires de 80W par des panneaux de 160W qui devraient nous assurer une meilleure charge du parc de batteries...et des glaçons pour les invités aux apéros. Un convertisseur 12v/220v "pur sinus" de 700 watts est également installé pour les équipements électroniques fragiles.
Début février nous libérons notre place. Une nouvelle sortie en mer, de février à mars, nous va nous permettre de valider les travaux effectués.

En avril, l'arrivée de vacanciers en quête d'exotisme est, comme souvent, l'occasion de faire le tour des mouillages devant les plages de la Guadeloupe.

De Pointe à Pitre à Folle Anse de Marie Galante, l'Anse Canot

Mardi 19 avril, premier départ pour une petite navigation de 24 milles. Le temps médiocre et la mer agitée rendent la navigation un peu rude pour le nouvel équipage. Heureusement, l'arrivée en début d'après-midi devant la belle plage de Folle Anse sur une mer apaisée rassure nos invités, d'autant que le ciel s'est bien dégagé.

Folle Anse, l'îlet de Vieux Fort

Mercredi 20, nous sommes réveillés de très bonne heure par les premiers plagistes, les journées commencent tôt en Guadeloupe.

La journée s'annonce belle nous allons beacher, soit poser l'annexe sur la plage, ne pas confondre avec bitcher !
Nous traversons la zone industrielle où se trouve le site de chargement et déchargement des barges qui assurent les transports de marchandises entre l'île de Marie Galante et l'île mère. Le sucre de canne produit à Marie Galante transite également par ce site. Nous avons quelques difficultés à trouver le sentier. Finalement nous rallions la plage que nous longeons pour nous rendre au bourg de Saint Louis.
Pour le retour nous optons pour le sentier de la forêt littorale. En bordure du chemin les gousses de caniques grises sont sèches et ouvertes, nous récoltons quelques zyé a chat (oeil de chat), grosses perles grises.

Devant la plage l'eau est si claire que tout le monde saute à l'eau. Deux baigneurs rejoignent le bateau à la nage tandis que deux "volontaires" se chargent de ramener l'annexe.

Jeudi 21, nous nous déplaçons vers l'Anse Canot. Nous faisons un détour par l'îlet de Vieux Fort mais un mouillage dans la baie ne nous tente pas. Nous allons donc jeter l'ancre au creux de l'Anse Canot. Cette Anse semble aujourd'hui bien protégée de la houle. Ici aussi l'eau est claire et invite à la baignade.
Comme dans la journée la mer s'est bien calmée nous déçidons de passer la nuit sur place. Il n'y pas de houle, ce qui est rare, tout le monde passe donc une bonne nuit.

De Marie-Galante à Malendure

Vendredi 22, nous quittons Marie-Galante pour la réserve Cousteau à Malendure. Dans le canal le temps est exécrable. Nous optons pour une escale à Basse Terre. Le mouillage du phare de Vieux Fort est saturé, nous traversons la baie de Basse Terre pour jeter l'ancre à Rivière Sens. Devant la plage de sable noir les fonds sont profonds et remontent vite. Il faut donc se rapprocher de la plage. Au moins le mouillage est protégé par la digue de la marina de Rivière Sens.
Samedi 23, nous poursuivons notre route vers Malendure. De ce côté de la Guadeloupe la mer est plate. Les sargasses se sont emparées de la baie de Basse Terre. Il est donc inutile de mettre une traîne qui ne remontera que des touffes d'algues.

Nous passons la journée au mouillage à Malendure. A côté du petit port de pêche il y a une zone commerciale où on trouve plusieurs supers marchés, une boulangerie, une pharmacie.... Une sortie à terre est donc l'occasion de renouveler les vivres. Une station service permet de se ravitailler en carburant si nécessaire.
Dimanche 24, nous allons amarrer l'annexe sur bouée devant "la piscine" des îlets pigeons. Equipés de palmes, masques et tubas (PMT) nos invités vont plonger. Ils reviennent ravis de la densité et de la diversité des poisons qui prospèrent dans cet aquarium naturel. Ils sont toutefois déçus par affluence de plongeurs arrivés avec les navettes des clubs de plongée ou en kayak. Malgré l'interdiction de débarquer sur les îlots pour protéger la flore et la faune certains kayakistes descendent quand même à terre.

De Malendure aux Saintes

Lundi 25, nous entamons notre remontée vers Pointe à Pitre. Bien sûr nous avons prévu une escale aux Saintes. Nous avons une mer d'huile jusqu'à la pointe de Basse Terre. Passé le phare de Vieux Fort les conditions dans la canal sont plus musclées et venteuses. Nous en profitons pour hisser les voiles afin de rejoindre la passe sud de l'îlet Cabrit. Les vacances se terminent et nous n'avons pas de difficulté à trouver une bouée libre au Pain de Sucre.
Mardi 26, nous nous chaussons pour une marche vers le bourg en empruntant la route qui part de la plage du Pain de Sucre et suit les mornes. Au menu sur la route, la vue sur la baie, les maisons très fleuries, poules, coqs, cabrits et iguane "volant".

Au village nous assistons à un retour de pêche, les pélicans sont aux aguets du moindre poisson qui s'échapperait du filet.

Mercredi 27, nous allons prendre une bouée devant le bourg de Terre de Haut. Pendant qu'une partie de l'équipage va faire du shopping le capitaine part à la conquête du Chameau et la tour de la Vigie. La majorité des touristes optent pour les véhicules électriques, scooters ou voiturettes. Heureusement la petite route qui serpente sur le morne est piétonne. Elle est tellement pentue qu'elle n'attire pas grand monde. Au sommet il n'est plus possible de monter sur la plateforme de la tour, les échelles ont été retirées. Quelques touristes courageux reprennent leur souffle et profitent de la magnifique vue sur la baie.
Nous nous retrouvons autour d'un pot avant de rentrer à bord et préparer le voilier pour la traversée vers Pointe à Pitre.

Retour à Pointe à Pitre

Jeudi 28, la journée s'annonce maussade, malgré une météo peu favorable il nous faut rentrer à Point à Pitre, nous invités prennent l'avion qui les ramènent en métropole vendredi soir.
C'est sous un crachin "breton" qui ne va pas nous lâcher durant toute la durée de la navigation que nous larguons notre bouée.
Au large de Gosier nous avons la chance d'apercevoir un groupe de baleines qui s'ébattent en frappant fortement l'eau avec leur nageoire caudale. Nous ralentissons l'allure pour profiter de ce spectacle époustouflant.
Puis il est temps de rentrer au port et de conclure devant un apéro ti'punch ou rosé cette petite promenade de 10 jours en mer.


Haut de page

 


.